Archives de Catégorie: Plantes mellifères

De la rose trémière au menu

roses-tremieres-ile-de-re

Ravis d’avoir cette fleur comestible et mellifère dans mon jardin. 3 bonnes raisons (avec l’agrément esthétique) d’en installer quelques unes supplémentaires.
Sa floraison estivale permet au butineur de trouver de quoi se nourrir alors que beaucoup de fleurs se font rares.

Feuilles, fleurs, racines, tiges, cru ou cuit tout est comestible dans la rose trémière.

Les fleurs se dégustentfraîches en salade, confites, farcies. Vous pouvez également les faire sécher pour aromatiser vos thés ou infusions.
Les feuilles peuvent se manger cuites.
Les boutons floraux se conservent et consomment au vinaigre (à récolter au moment de la formation, avant que la graine ne soit formée).

RECETTES :

CLAFOUTIS ( source )

300Cerises – 8Fleurs de rose trémière – 4Oeufs – 80Sucre – 1pincée Vanille en poudre – 0,25Lait – 3cuil. à soupe Huile d’olive – 60Farine de riz – 1cuil. à café Sucre glace – 1pincée Sel

Lavez les cerises et les fleurs. Ôtez le pédoncule des fleurs et ciselez grossièrement les pétales.

Préchauffez le four à 160 °C (th.5). Dans un blender ou à l’aide d’un fouet, faites blanchir les œufs avec le sucre. Ajoutez la vanille en poudre (si vous utilisez une gousse, fendez-la et grattez les graines avec la pointe d’un couteau). Ajoutez le lait, la pincée de sel, l’huile d’olive ou le beurre fondu, puis la farine tamisée.

Graissez un moule avec un peu d’huile d’olive. Versez la préparation liquide dedans. Disposez les fleurs et les cerises. Enfournez pour 20 minutes.

Sortez le clafoutis du four. Laissez refroidir complètement avant de déguster. Saupoudrez un peu de sucre glace pour décorer.

TISANNE ( source)

Dans 3/4 de litre d’eau (on aura ainsi nos 3 tasses pour la journée) portée à ébullition, on plongera 30 grammes de fleurs séchées (ou de ses cousines exemptes de pesticides, bien sûr !).
Feu coupé, casserole couverte, on laissera infuser 10 minutes.

GELÉE DE ROSE TRÉMIÈRE : ( source )

Ingrédients (pour environ 1 pot de 350 g) :  250 g de pétales de roses – 2 citrons – 380 g de sucre – eau

1 – Faites macérer les pétales de roses pendant une nuit en les recouvrant d’eau froide additionnés d’un jus de citron.

2 – Dans une bassine à confiture, mettez le sucre et un petit verre d’eau, portez lentement à ébullition jusqu’à obtenir un perlé (des bulles viennent éclater à la surface du sirop).

3 – Ajoutez alors le jus de 1 citron, et les pétales de roses et leur jus.

4 – Laissez cuire environ 30 minutes en remuant régulièrement : vérifiez la cuisson en versant quelques gouttes sur une assiette froide : elles doivent figer presque immédiatement.

5 – Mettez en pot.

Dans mon insectodrome : L’anémone du japon

Comme nous y invite le point n°3 de l’éthique permacole ( partager les ressources et distribuer les surplus) je projette d’installer une nouvelle plante favorisant les insectes butineurs, celle ci d’aout à la fin de l’automne et ce, bien qu’elle ne soit pas comestible pour nous autres bipède.
Le lien avec l’éthique N°3 de la permaculture ? J’ai la chance d’avoir une grande surface de culture… j’en alloue donc une partie pour contribuer à favoriser la biodiversité… ce qui permet, au passage, d’être en phase avec le principe n°10 de la permaculture (Utiliser et valoriser la diversité).
Autre intérêt, elle me permet de valoriser des zones ombragées de mon jardin.

anemone-hupehensis

 

Pour en savoir plus :
http://www.florabeilles.org/terme/anemone-hupehensis-0

Dans mon insectodrome : La Lysimaque

Et hop, une nouvelle plante pour favoriser les insectes butineurs, des papillons aux abeilles en passant par les bourdons.

lysimaque-1

Pour en savoir plus :
https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/881/lysimaque

Dans mon insectodrome : La centaurée montana

Ce qu’il y a de plaisant, parfois, dans les réseaux sociaux,
c’est lorsque l’on vous donne des infos complémentaires et/ou connexes.

Par exemple, suite à mon post sur le kniphofia, partagé sur divers groupes facebook, j’ai eu un commentaire attirant mon attention sur la centaurée montana. C’est aussi une vivace mélifère que j’ai le plaisir d’avoir, parmi d’autres, mais dont je ne connaissais pas le nom.
Détail intéressant en permaculture, la fleur de la centaurée montana est comestible.en infusion.
Petite précaution, la belle à des racines traçantes… à contrôler.

 

Dans mon insectodrome : Le kniphofia

Pas comestible pour nous autres, Le kniphofia est une plante fortement mellifère parmi de nombreuses autres… et en plus d’être esthétique, sa taille servira au paillage / compostage de surface (et au compost).

kniphofia_papaya_popsicle_3b

https://www.jardiner-malin.fr/fiche/kniphofia.html