Archives Mensuelles: mars 2020

to do list 29/03/2020

Un mois et quelques jours depuis l’avant dernière to do list (23/02/2020)
une nouvelle édition de ma todo list.

Hélas, en ces temps troublés par la crise sanitaire du covid 19, peu de travail/blabla partagé au jardin depuis fin février .
En attendant de retrouver ces bons moments d’échange et de réflexion croisée dans le jardin, j’avance malgré tout dans l’entretien de l’existant, la remise en place de zones par le passé délaissées et la préparation de nouvelles zones de cultures pour pouvoir accueillir une ou deux personnes qui chercheraient un jardin pour cultiver.

En plus des choses réalisées depuis la dernière todo list, j’ai :

– Récolté du poireau perpétuel, du tin et de l’ortie.
– Paillé les plants de blette vivace (Côtes de Blette À Couper P2003) donné par Olivia, l’une de mes collègues de jardin :o) ainsi que les plants de pomme de terre spontanés (issus des épluchures et d’oubli lors de la récolte précédente).
Paillage par couche avec des épluchures de cuisine/de la tonte et du broya.
– Mis en godet de jeunes plants d’artichauts donnés par Vélia (mon autre collègue de jardin), un repartira chez Olivia et un chez Sophie qui me donne tout les ans des plants divers et variés.
– Mis en place et testé l’arrosage goutte à goutte de mes fraisiers mis en rang l’hiver dernier avec Vélia.
Disposé des morceaux d’ardoise (autour de mes jeunes ronces, de mes fraisiers et de mes plants spontanés de pomme de terre) afin de favoriser la captation, le stockage et la restitution de la « chaleur » du soleil en ces jours rafraîchis.
– Comblé les trou dans le paillage faits par les chats, les oiseaux, la faune sauvage locale puis recouvert la zone par des branchages entravant cette activité que je déplore ;o).

TRAVAUX A FAIRE…

Plantations

– Planter des pieds de groseillers aux abords de mon jeune figuier
– Repiquer des boutures de jasmins d’hiver dans une haie vive ( et séparative) afin de renforcer son opacité en fin d’hivers (et donner de la couleur au jardin).
– Repiquer un fraisier égaré afin de le remettre dans le droit chemin.
– Repiquer les pieds de consoude bocking 14
– Séparer les touffes de poireau perpétuel afin de les multiplier… objectif à terme, avoir 150 pieds afin de pouvoir en récolter toute la saison tout en leur laissant le temps de pousser.
– Repiquage de quelques plants isolés de poireau perpétuel
– Séparer et repiquer une touffe de muscari le long de mes planches de cultures délimitées par des rondins.



Installation/entretient

Préparer des mini serres à partir de bouteilles de château d’eau
Nettoyer une zone occupée par des pieds origans afin de rendre leur exploitation plus aisée.
Réfléchir aux plantations dans les zones ombragées du jardin afin de les valoriser.
Déployer un réseau de goûteurs aux niveaux inférieurs de la serre à semi afin de profiter de l’arrosage par gravité.
Mettre en place les ombrières  au dessus des rangs de fraisiers en préparation de l’été prochain

Fait depuis l’avant dernière to do list
– Revoir le réseau de tuyau micro perforé des planches de culture de framboisiers
– Refaire le flan d’une des buttes (enlever le plessis effondré et le remplacer par un empilement en quinconce de briques creuses

L’alliaire

Chouette, j’ai identifié une nouvelle adventice comestible 🙂 squattant mes planches de culture et donc propice à ma démarche permacole, l’alliaire.

alliaire

En effet elle contribue à la mise en place de plusieurs principes de la permacuture :
Sa présence renforce la biodiversité dans le jardin -> principe N°10 de la permaculture, Utiliser et valoriser la diversité. –  Sa culture simplissime répond au ->  principe N°5, Utiliser et favoriser les services et ressources renouvelables. Elle permet aussi de répondre facilement et rapidement au principe N°3, obtenir une production et tout aussi rapidement au principe principe N°2, capter et stocker l’énergie car les plantes sont des capteurs d’énergie qu’elle transforment en matière organique.

COMMENT LA CONSOMMER, SES BIENFAITS

 

Les gratiferias

Comme vous le savez, la permaculture, ça ne se passe pas uniquement dans le jardin.
On peut en appliquer  les puissants principes (içi le N°6, ne pas produire de déchet) dans d’autres cadres.

gratif

Comme par exemple, les gratiferias qui permettent aux uns de déposer des objets dont ils n’ont plus besoin et autres d’emporter des objets dont ils ont besoin gratuitement. Les premiers pouvant aussi emporter quelque chose qui leur conviendrait.

Ne pas confondre cet événement éphémère, souvent bénévole et ponctuel avec les recycleries ou l’on contribue moyennant finance (mais modestement) au fonctionnement du lieux lui permanent et ou au moins une partie des participants sont rémunérés.

L’ agenda vous permet d’en trouver une près de chez vous ou d’annoncer celle que vous allez certainement bientôt organiser :o).

Les 12 principes de la permaculture

Voici des années que je m’intéresse à la permaculture, que je consigne dans ce blog mes démarches et mes découvertes et, je viens de me rendre compte, que je n’en mentionne pas les 12 principes ni son éthique.
permaprincipes

Voici donc les 12 principes, avec des liens vers des exemples au fil de mes posts et des mes découvertes sur internet.

La récolte désherbante :o).

Ce matin, alors que je paillais mes fraisiers avec de la tonte fraîche et du broyat de conifère (les fraisiers aiment bien), j’ai eu à les dégager d’un envahissement de lamier pourpre, plante spontanée dans mes planches de culture. Spontanée comme le lierre terrestre, les orties, l’alliaire et le gaillet gratteron.

La démarche est la même pour les plantes de prairie comme la violette ou le pissenlit par exemple.

Je suis ravis du désherbage de ces adventices bien venues puisqu’elle vont terminer dans mes petits plats ou en infusion, fraîches ou séchées. C’est ce que j’appelle faire une pierre deux coups pour des cultures spontanées, proches de culture, elles, mises en place.

Cultures qui contribuent au réseau mycorhizien par lequel les plantes trouvent plus facilement eau et nutriments. Voilà qui vient illustrer le principe numéro 10 de la permaculure… utiliser et favoriser la diversité et le principe numéro 5, Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables