Archives Mensuelles: mai 2018

De l’intérêt du vers de terre

Un article :

http://www.europe1.fr/societe/sauve-le-ver-de-terre-et-il-te-sauvera-3662639#xtor=EPR-202-%5BQuotidienne%5D-20180527&lacid=europe1_10327286

Deux vidéo :

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-pourquoi-les-vers-de-terre-sont-ils-absolument-necessaires_2967357.html?fbclid=IwAR0vxPyQdZZAdesbGzhpbBdKULXbHQu4bBBoeD6DwFseVMXyGdPmuxhwLHo

et

Une image :

vers

Source :
https://www.facebook.com/groups/aggradationSols/?fref=ts

 

Un logiciel libre pour les plans de culture

Je crois que je vais regarder ceci d’un peu plus près. Par curiosité et par envie…
si ça peut me faire gagner du temps et de l’énergie…

open-jardin14

Tondeuse permacole

L’idée me trottait dans la tête depuis quelques années,  suite
à un premier visionnage d’un portait du jardinier Yves Gillen.
402220-03-43
Et comme l’idée ne me quittait pas, j’ai acquis une tondeuse manuelle (elle avance à la force du jardinier ;o) ) ET hélicoïdale. Et après l’avoir utilisé cet après-midi, j’ai, d’une part, été ravis de mon achat et, d’autre part, je me suis dit que j’avais là une tondeuse permacole.

Pourquoi permacole ?

– Pas d’énergie fossile ni même renouvelable… ça se passe entre le jardinier,
la tondeuse et la zone à tondre ;o).
– Pas de bruit… si l’on veut tondre un dimanche après midi, on ne dérangera personne et on continue à entendre les oiseaux.
– Une surface de tonde réduite… il existe des modèles tractés (ou motorisés) mais pour un modèle manuel, tondre une grande surface serait fastidieux. Ca tombe bien, en permaculture, on n’essaye pas d’avoir de grandes pelouses ou prairies.
– Pas de gadget et autres goodies… c’est du low tech, simple, qui fonctionne très bien et sans fil ^^.

img_1031

Framboisiers & Haricots : Optimisation ponctuelle de l’espace

Lors des mes lectures de deux ouvrages de base de la permaculture (« Permaculture 1 » et « Permaculture 2 » ) rédigés Bill Mollisson  et  David Holmgren, créateurs de la permaculture, j’avais noté une approche qui m’avait bien séduit… ce que l’on met en place à un moment donné est parfois ponctuel, conjoncturel.

Exemple, cet après midi, je vais repiquer des plants d’haricots dans une planche de culture dédiée aux framboisiers. Cette planche de culture étant encore partiellement colonisée par les framboisiers récemment plantés (moins d’un an).

Intérêt :
– Profiter des espaces encore libres pour obtenir une production (une autre notion de la permaculure, aucun rayon du soleil ne doit toucher le sol… on capte et on stock au mieux l’énergie… dans les plantes).
– Profiter de l’arrosage en tuyau micro poreux que je vais déployer sur cette planche de culture
– Apporter de l’azote dans le sol grâce aux racines des haricots le temps de leur présence sur cette planche
– Lors de la disparition des haricots à l’arrivée de l’automne puis de l’hivers, je laisserais les racines dans le sol qui apporterons des unités fertilisantes en se décomposant… et qui contribuerons à l’aération du même sol une fois décomposées, les galeries creusées par les racines étant alors  » vides « .

Et pour des associations plus fructueuses avec des haricots :
Voici une compilation de liens vers des tableaux de compagnonnage de plantes…
https://wordpress.com/post/monjardinpolitique.wordpress.com/106

L’arroseur arr… va faire autre chose.

Le bilan fonctionnellement positif de la continuité de mes tests d’arrosage par gravité, même avec une faible différence de hauteur entre une réserve d’eau (en amont) et un point d’arrosage (en aval) me donne la certitude que d’ici peu, mes séances d’arrosage se résumeront à ouvrir et fermer des vannes et à brancher/débrancher des arrivées d’eau à différents réseaux d’arrosage en place et à venir.

goutte-a-goutte-jardin-unique-stock-un-potager-autonome-arrosage-goutte-a-goutte-par-gravita-of-goutte-a-goutte-jardin

Et entre ces manipulations, je pourrais consacrer du temps à récolter, désherber/pailler, semer, repiquer etc etc. Bref le temps d’arrosage sera bientôt remplacé par un temps d’observation, d’accompagnement, de production.

Une fois tout en place, il me faudra optimiser les temps et quantité d’arrosage réseau par réseau afin d’utiliser au mieux mon stock de 4000l d’eau que l’hiver contribue grandement à remplir (même si parfois l’été…).

Y’a pas d’lézard…

C’est ce que je me suis dit ce matin en voyant un représentant lézard courir sur le mur de mitoyenneté d’un jardin ou j’intervenais… pas de lézard dans mon jardin à moi.lezard2_l
Il m’est alors venue l’envie d’édifier un hibernaculum dans mon jardin afin
de favoriser la présence de ce petit et vif reptile…. de préférence à l’ombre, ces animaux sont, comme tant d’autres sensibles au réchauffement climatique.

Un projet pour la fin des beaux jours de 2018 !!!

Arroser sans s’éterniser.

Les épisodes de chaleur des étés passés m’ont incité à stocker l’eau de pluie (j’ai désormais 4000l de stockage) et à arroser d’avantage, en plus du paillage (en mode compostage de surface) que j’ai renforcé.

arrosage_automatique

Arroser est une tâche certes agréable, dans la mesure ou, pour ma part, cela ne devient pas chronophage. Je vais donc tenter de mixer les produits proposés par les industriels de l’arrosage des jardins  (aquaflow, géolia, gardena…) et la bidouille que la gravitation favorisée par un jardin en pente peut permettre.

Première étape, mise en place d’un bout de réseau sur quelques planches de cultures et buttes avec quelques complices permaculteurs ce dimanche après midi.

Mangez moi mangez moi… les fleurs

Favoriser la biodiversité (principe N°10 de la permaculture, utiliser et favoriser la biodiversité), faciliter la survie des espèces pollinisatrices dont 70% de nos plantes cultivées à des fin alimentaire on besoin (premier point de l’éthique permacole, prendre soin de la terre), avoir de belles couleurs dans le jardin et, en plus, de quoi se nourrir.
Voici une liste de fleurs qui contribuent à tout ces objectifs.

Voici une liste (42 fleurs comestibles) bien intéressante.
Une autre liste…(seulement 21 fleurs :).

Extrait de l’article :

1. Les Alliums
Toutes les fleurs de la famille des alliums (poireau, ciboulette, ail, ciboulette d’ail) sont comestibles et savoureuses! Les saveurs vont du poireau délicat à l’ail robuste. Chaque partie de ces plantes est comestible.

2. L’angélique
Selon la variété, les fleurs varient du bleu pâle lavande au rose foncé et ont une saveur ressemblant à la réglisse.

3. L’anis hysope
Les fleurs et les feuilles ont une saveur subtile d’anis ou de réglisse.

4. La roquette
Les fleurs sont petites avec des centres sombres et avec un goût poivré un peu comme les feuilles. Ils varient en couleur du blanc au jaune avec des rayures violet foncé.

5. Le bleuet
Avec un gout d’herbe, les pétales sont comestibles. Évitez le calice amer.

6. Le basilic
Les fleurs sont de différentes couleurs, du blanc au rose à la couleur de lavande; la saveur est similaire aux feuilles, mais plus douce.

7. La mélisse
Les fleurs rouges ont une saveur de menthe.

8. La bourrache
Les fleurs ont une belle teinte bleue et un goût de concombre!

9. Le souci / calendula
Une excellente fleur à manger, les fleurs de calendula sont poivrées, piquantes et épicées – et leur couleur dorée et vibrante ajoute une touche à n’importe quel plat.

10. Les oeillets
Les pétales sont sucrés, s’il sont prélevés loin de la base. Les fleurs ont le même goût que leur arôme sucré et parfumé.

fleurs-comestibles (1)

11. La camomille
Petites et comme les marguerites, les fleurs ont une saveur douce et sont souvent utilisées dans le thé. Les personnes allergiques à l’herbe à poux peuvent être allergiques à la camomille.

12. Le cerfeuil
Fleurs et saveur délicates, qui ont une teinte d’anis.

13. La chicorée
La truculence légèrement amère de la chicorée est manifeste dans les pétales et les bourgeons, qui peuvent être marinés.

14. Le chrysanthème
Un peu amers, les chrysanthèmes ont un arc en ciel de couleurs et une gamme de saveurs qui vont de poivrées à âcres. Utilisez uniquement les pétales.

15. La coriandre
Comme les feuilles, les gens adorent les fleurs ou les détestent. Les fleurs partagent la saveur herbeuse de la plante. Utilisez-les fraiches, car elles perdent leur charme lorsqu’elles sont chauffées.

16. Les agrumes (orange, citron, citron vert, pamplemousse, kumquat)
Les fleurs d’agrumes sont sucrées et très parfumées. Utilisez les avec parcimonie ou elles vont trop parfumer un plat.

7. Le trèfle
Les fleurs sont douces avec un soupçon de réglisse.

18. Le pissenlit
En savoir plus sur les pissenlits ici: Cueillettes de pissenlits.

19. L’aneth
Les fleurs jaunes d’aneth ont un peu le même goût que les feuilles.

20. La pâquerette
Ce ne sont pas les pétales qui ont le meilleur goût – ils sont un peu amer – mais ils ont fière allure!

21. Le fenouil
Les fleurs jaunes de fenouil sont un régal pour les yeux avec une saveur subtile de réglisse, un peu comme la plante elle-même.

22. Le fuchsia
Les fleurs acidulées des fuchsias décorent bien les plats.

23. Le Glaïeul
Qui l’aurait cru? Bien que les glaïeuls soient fades, ils peuvent être farcis, ou retirer leurs pétales pour une garniture de salade intéressante.

24. L’hibiscus
Connu et utilisé dans le thé d’hibiscus, la saveur de canneberge dynamique est acidulée et peut être utilisé avec parcimonie.

25. La rose trémière
D’une saveur végétale et fade, les fleurs de roses trémières donnent une garniture comestible bien voyante.

26. L’impatiens
Les fleurs n’ont pas beaucoup de saveur – mieux comme jolie garniture ou pour confire.

27. La jasmine
Ces proliférations super-parfumées sont utilisées dans le thé; vous pouvez également les utiliser dans les plats sucrés, mais avec parcimonie.

28. La pensée sauvage
Adorables et délicieuces, les fleurs ont une subtile saveur de menthe bien adaptée pour les salades, les salades de fruits et les boissons.

29. La lavande
Sucrées, épicées et parfumées, les fleurs sont un excellent ajout à des plats aussi bien salés que sucrés.

30. La verveine
Les fleurs blanc cassé sont minuscules et évoquent le citron – et très bonnes pour les thés et les desserts.

31. Le lilas
Les fleurs sont piquantes, mais l’arôme floral d’agrumes se traduit par sa saveur aussi. Une recette par ici.

32. La menthe
Les fleurs sont – surprise! – mentholées. Leur intensité varie selon les variétés.

33. La capucine
L’une des fleurs comestibles les plus populaires, les fleurs de capucine sont brillamment colorées avec une explosion de saveurs douces et florales avec une finition de piment. Quand les fleurs montent en graine, la gousse est une merveille sucrée et épicée. Vous pouvez farcir les fleurs, ajouter les feuilles aux salades, confir les bourgeons comme les câpres, et garnir à coeur joie.

34. L’origan
Les fleurs sont une version jolie et subtile de la feuille.

35. La pensée
Les pétales sont un peu quelconque, mais si vous mangez la fleur en entier vous obtenez plus de goût.

36. Le radis
De différentes couleurs, les fleurs de radis ont un goût poivré distinctif.

37. La rose
Retirez la base blanche et amère et les pétales restants ont une saveur parfaite et très parfumée pour flotter dans les boissons ou en le dispersant dans les desserts, et pour une variété de confitures. Toutes les roses sont comestibles, avec une saveur plus prononcée dans les variétés plus sombres.

38. Le romarin
Les fleurs goûtent comme une version plus douce de la plante; utilisé agrablement comme garniture sur les plats qui intègrent du romarin.

39. La sauge
Les fleurs ont une saveur subtile semblable aux feuilles.

40. La courge et la citrouille
Les fleurs sont merveilleuses pour la farce, ayant une légère saveur de courge. Retirez les étamines avant de les utiliser.

41. Le tournesol
Les pétales peuvent être consommées, et le bourgeon peut être cuits à la vapeur comme un artichaut.

42. Les violettes
Une autre fameuse fleur comestible, les violettes sont florales, sucrées et magnifiques comme ornement. Utilisez les fleurs dans les salades et pour embellir les desserts et les boissons.