Archives Mensuelles: avril 2018

Profiter de la pluie pour la capturer

Mes 3600 l de cuve de stockage d’eau de pluie (mon dispositif d’arrosage) ayant environs 400l de libre, j’ai profité de la pluie du jour pour transférer une partie de l’eau de ma cuve de récupération des pluviales (de la maison) pleine à raz bord (1000l).

De quoi reconstituer les réserves et être paré si l’été est chaud et sec.

Et voilà une mise en application du principe N°5 de la permaculture, utiliser et valoriser les ressources et services renouvelables.

Prochaine amélioration de mon système d’arrosage, disposition de tuyaux poreux sur mes plates bandes accueillant des framboisiers. Je brancherais ainsi ma cuve de récupération d’eau de pluie sur les différentes plates bandes pour les arroser si nécessaire…. et dans la cuve de récupération d’eau de pluie, je disposerais des rameaux d’osier pour bénéficier des hormones de croissance dont ils sont richement dotés.

Planche de culture entre troncs

carres-rond

L’avantage à travailler comme jardinier lorsque l’on s’intéresse à la permaculture dans le jardin, c’est que l’on a souvent l’occasion de pouvoir se procurer chez ses clients de quoi mettre en oeuvre ses projets tout en les débarrassant.

Prise du jour, quelques rondins de bois pour cadrer mes planches de culture.

Fonctions :

– Esthétique… j’aime voir mes zones de culture ou mes espaces dédiés aux fleurs mellifères et vivaces délimités.
– Pratique… on ne risque pas de s’aventurer sur une planche de culture par mégarde
– Econome… c’est d’une part un produit de récupération, mais aussi, je lui évite (ainsi qu’à moi même) un trajet plus long vers une plateforme de compostage.
– Biodiversité… champignons et insectes s’y développent à loisir (Principe N°10 : Utiliser et valoriser la diversité).
– Conservation d’énergie… le bois mort conserve une partie de l’eau de pluie et contribue  donc à conserver de l’humidité sur les flancs des planches de culture qui de se fait, s’assèchent moins vite en cas de fortes chaleurs (Principe N°05 : Utiliser et valoriser les services et ressources renouvelables).

Consoude : tableau de famille

comfrey_perfect_350

Si les jardiniers prisent le cultivar bocking 14 pour ses qualités (non envahissantes et très utile en fertilisation (entre autres) ), ce dernier appartient à une belle petite famille, présentation : https://www.plantearomatique.com/20-consoudes

Du lierre terrestre pour aujourd’hui et pour demain.

Depuis quelques jours, entre autres choses, j’arrache par poignées du lierre terrestre proliférant dans mon jardin sans l’avoir planté ou semé… et je fais sécher le fruit de cette activité.

lierre11

L’utilisation en tisane des feuilles de lierre terrestre soutient et stimule l’appareil broncho-pulmonaire,  régénère la muqueuse respiratoire, tonifie et protège l’organisme lors de la période hivernale et permet une bonne respiration
en cas de pollution atmosphérique.
Sans compter un petit gout sucré qui évite de sucrer la tisane.

Sa présence renforce la biodiversité dans le jardin -> principe N°10 de la permaculture, Utiliser et valoriser la diversité. –  Sa culture simplissime répond au ->  principe N°5, Utiliser et favoriser les services et ressources renouvelables. Elle permet aussi de répondre facilement et rapidement au principe N°3, obtenir une production et tout aussi rapidement au principe principe N°2, capter et stocker l’énergie car les plantes sont des capteurs d’énergie qu’elle transforment en matière organique.

Idée de recette :

– Mixer une petite poignée de lierre avec 1 avocat, un peu de sucre et du citron. Placer au congélateur et déguster cette glace atypique !

Autres recettes sur les jardins d’Alice

_____________________________________________

De l’intérêt de connaître ce qui pousse déjà
chez soit pour éventuellement en tirer partit.
A tel point que j’envisage de faire une planche
de culture dédiée à cette plante et de lui faire
la chasse dans celles qu’elle à envahie, plus
exposées au soleil qu’elle peut en avoir besoin.

Pour en savoir plus sur ses propriétés et préparations :
Plantes et Santé, Herboristerie moderne et France nature

Entre paysage et perma : Le berbéris

En farfouillant au hasard dans un de mes livres dédiés à la permaculture, j’ai appris que l’épine vinette (berbéris), un des arbustes utilisés en haie défensive par les paysagistes, est comestible.
Infos précieuse quand on est justement en train de cogiter sur un projet d’aménagement en permaculture.
Parmi 500 variétés, le Berberis vulgaris L. ( Epine-vinette commune )
est une plante locale d’Ile de France. De quoi favoriser la survie des insectes
pollinisateurs de ma région si je devais proposer d’en planter.

4 fonctions  pour cet arbuste (en perma, une action, 3 fonctions minimum) :
– Défensif
– Très florifère (au printemps) et local : Nourrit les pollinisateurs de ma région
– Comestible pour les humaines
– Sa taille, une fois broyée, permet de produire un apport en paillage ou au compost

Petit bémol, l’espèce locale, le Berberis vulgaris L.
estconsidéré comme envahissante. Si elle avait été
considérée comme invasive, la tentation d’en planter
aurait été balayée.

Si vous avez des berberis près de chez vous, voici ce que l’on en dit…

——————–
Source

Autres appellations : Berberis Vulgaris (nom scientifique), zereshk (en Persan), berbéride, oseille des bois, myrtille sauvage d’Iran (à ne pas confondre avec nos myrtilles sauvages séchées), berberis, barberies, ou encore petite vigne.
POUR LA PETITE HISTOIRE :
L’épine vinette, qu’est-ce que c’est ? Une petite baie rouge qui pousse sur le vinettier, un arbuste épineux. Berberis est le nom arabe de la baie. Cela signifie « coquille », ceci dû à la forme des pétales du vinettier.
Elle pousse par grappes et ressemble à de l’oseille, d’où l’appellation « vinette », un des noms communs de l’oseille.

Les baies d’épine-vinette ne sont comestibles qu’arrivées à maturité, avant cela elles sont légèrement toxiques et il est déconseillé de les manger.

Dans l’Egypte ancienne, on utilisait déjà les bienfaits pour la santé des baies en association avec le fenouil pour faire baisser la fièvre.

Cela fait déjà bien longtemps que les peuples de l’Himalaya emploient les propriétés thérapeutiques de la berberis dans des décoctions purifiantes. On trouve des traces écrites d’utilisation thérapeutique venant à la fois d’Italie et de Grèce.

En France, dès le 19ème siècle, on se débarrasse de l’arbuste car il transmet aux plantes céréalières (blé, avoine, orge et seigle) un champignon appelé la rouille noire (puccinia graminis).

À partir de l’oseille des bois, on confectionne le vin d’épines.
Le bois du vinettier est utilisé en marqueterie car c’est un bois fin et dur. On s’en sert même en teinturerie pour colorer en jaune, la couleur du bois et des racines.
Toutes les parties de l’arbuste sont utilisées : les racines, le bois, les feuilles et le fruit.
COMMENT UTILISER L’epine-vinette EN CUISINE ?
La vinette possède une saveur acidulée aigre-douce très agréable. Son usage s’étale du sucré au salé. Elles s’utilisent généralement entière.
Dans le sucré, on confectionne de la confiture, de la gelée et des sirops d’épine-vinette depuis la nuit des temps !
Sinon, vous pouvez intégrer les berberis dans vos desserts : cakes, muffins, cookies, sablés (particulièrement aux noisettes bio, au noix de cajou et noix de pécan), crumble ou encore vos glaces. N’hésitez pas à l’associer à d’autres fruits séchés, elle se mariera parfaitement en apportant sa subtile acidité.
L’épine-vinette fait merveille dans l’accompagnement du chocolat !
Dans la cuisine salée, étonnement on peut s’en servir un peu partout. Son usage en tant que condiment est très répandu en Iran où on va l’utiliser dans de nombreux plats traditionnels, que ce soit des plats à base de riz, de poisson, de volaille ou d’oeufs.
Une bonne manière de s’y prendre est de réhydrater baies : faites revenir 2 ou 3 min les baies séchées dans un peu de beurre à feu doux pour ensuite les ajouter au plat.
Ajoutez quelques baies de berberis dans vos légumes, elles accommoderont parfaitement les aubergines, les courges, les courgettes et plats de carottes.
Vous pouvez assaisonner toutes vos viandes blanches avec, mais aussi les viandes rouges. Servez-vous en pour parfumer vos boulettes !
Elles peuvent facilement entrer dans la composition de vos farces.
Côté poisson, elles font un carton dans la cuisson en papillote. On peut confire les baies séchées dans du vinaigre, elles peuvent alors faire office de câpres.
Elles se marient très bien au safran.
L’épine-vinette est la base de plats typiques, en Ouzbékistan dans le Plov, le zereshk polo en Iran.
On prépare une infusion digestive très efficace en mélangeant une ou deux baies d’épine-vinette, une pincée de graines d’anis vert et une ou deux étoiles de badiane.
QUELLES SONT LES PROPRIÉTÉS De l’épine-vinette POUR LA SANTÉ ?
Une bonne raison, en plus de ses propriétés gustatives, d’acheter de l’épine-vinette ? Elle possède de nombreuses propriétés pour la santé dont il serait dommage de se passer !
Son usage thérapeutique principal est contre la fièvre.
Sinon, parmi toutes ses vertus, la berberis est un excellent diurétique idéal pour les troubles rénaux tels les calculs urinaires. Stimulant gastrique, elle est excellente pour la digestion.
C’est une baie aux propriétés toniques qui a un effet sur les fatigues passagères.
Elle a un effet sur les engorgements du foie. C’est aussi un hypotensif, bénéfique pour les gens atteints d’hypertension.
Il est déconseillé d’en consommer pendant la grossesse et l’allaitement, de même si vous suivez un traitement diurétique ou hypotensif. La baie est une excellente source de vitamines et de pectine.
Vous souhaitez utiliser l’épine-vinette pour ses vertus thérapeutiques ? Alors vous pouvez préparer une décoction de 30 g de baies dans un litre d’eau. Vous pouvez boire jusqu’à 3 tasses par jour de l’infusion obtenue mais n’excédez pas 4 semaines de « traitement ».